23andMe : Vers une protection des données génomiques ?

Publié le 31 Août, 2018

23andMe, qui fournit des kits de test ADN aux consommateurs, a indiqué aux développeurs d’applications externes qu’ils n’auront plus accès aux données génomiques brutes de l’entreprise. Depuis 2012, date à laquelle la société a annoncé l’ouverture de son interface de programmation d’applications (API), les développeurs d’applications de santé, de services de perte de poids et d’auto-tests quantifiés ont pu utiliser les données anonymisées de l’entreprise. L’idée était de « permettre aux développeurs autorisés de créer une large gamme de nouvelles applications et outils pour la communauté 23andMe », expliquait à l’époque la société.

 

23andMe est l’un des plus grands fabricants de tests ADN à domicile, disponibles à partir de 199 $. Plus de 5 millions de personnes ont envoyé un échantillon de salive en échange d’informations sur leur ascendance, ainsi que des rapports de santé personnalisés, notamment sur leur risque accru de développer un cancer du sein.

 

Le 23 août, 23andMe a envoyé un courrier électronique aux développeurs les informant que l’API serait désactivée dans deux semaines et que les applications ne pourront utiliser que les rapports générés par l’entreprise et non les données matérielles brutes.

 

L’API est actuellement utilisée par des dizaines de développeurs. Limités dans leur accès aux données brutes de 23andMe, ils risquent de l’être aussi dans les services qu’ils peuvent offrir aux consommateurs. Les données brutes seront cependant toujours disponibles pour les partenaires de recherche.

 

23andMe n’a pas précisé si cette décision visait à conserver le contrôle de ses données ou à répondre aux préoccupations concernant la confidentialité due aux utilisateurs.

CNBC, Christina Farr (24/08/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions
/ PMA-GPA

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions

Chypre entend devenir une destination privilégiée du "tourisme médical" en matière de PMA. Choisir le sexe de son bébé y ...
Allemagne : le Conseil d'éthique entre prévention du suicide et "autodétermination"
/ Fin de vie

Allemagne : le Conseil d’éthique entre prévention du suicide et “autodétermination”

Le comité d'éthique souhaite créer une « prise de conscience », préciser « les contours préalables aux décisions de suicide ...
cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres