Vincent Lambert, « une forme inédite de résistance éthique »



Emmanuel Hirsch, Directeur de l’Espace éthique de la région Ile-de-France et professeur d’éthique médicale à l’université Paris-Sud,  revient sur la décision rendue le 19 juillet par le Conseil d’Etat à propos du maintien ou de l’arrêt des traitements de Vincent Lambert (cf. Vincent Lambert : le Conseil d'Etat rend son jugement ). Une décision qui ne le surprend pas, la mise en œuvre de la procédure collégiale dans ces circonstances relevant des bonnes pratiques professionnelles. Toutefois la « haute juridiction n’estime pas justifié de s’interroger sur ce qu’éprouvent les soignants qui accompagnent au CHU de Reims M Vincent Lambert (…) [et elle] n’estime pas préférable l’accueil de M Vincent Lambert dans un autre contexte médical, entaché d’aucune suspicion, afin d’engager un processus décisionnel dont chacun devrait alors comprendre qu’aucun passif ne risquerait de le déterminer ». Or la procédure collégiale requiert « sérénité, rigueur, esprit de discernement, loyauté et indépendance ». Des conditions difficiles à mettre en place alors que des « considérations confidentielles instrumentalisées au préjudice de M Vincent Lambert » ont été « mise à nue sur la place publique ». Quel respect de sa dignité ? Quelle neutralité ?

 

Sous peu, « une décision va donc être prise et rien n’indique qu’elle aboutira à la sédation profonde et continue que propose désormais notre législation dans des circonstances spécifiques » écrit Emmanuel Hirsch. Pour lui, Vincent Lambert « témoigne, du fait de sa vie qu’il poursuit dans le confinement d’une chambre d’hôpital, d’un non abandon, d’un non renoncement dont personne ne peut affirmer qu’il est dénué de signification ». Il est aussi le témoignage d’une « extrême vulnérabilité partagée avec tant d’autres personnes, [qui] suscite des engagements d’humanité et des solidarités dont personne ne peut contester la valeur ». Sans préjuger de la décision médicale qui sera prise, Emmanuel Hirsch rend hommage à la « leçon d’humanité » transmise par Vincent Lambert, sa « sagesse et peut-être l’idée d’une forme inédite, voire paradoxale, de résistance éthique ».


Sources: 

Emmanuel Hirsch, site personnel (25/07/2017)