Vincent Lambert : la récusation des experts demandée par les parents a été rejetée



Le rapporteur public a rejeté mardi devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne la demande de récusation des experts. Les trois médecins sont chargés de dresser le « tableau clinique » de Vincent Lambert par l’ordonnance du tribunal du 20 avril.

 

Les parents de Vincent Lambert, ainsi qu’une partie de sa famille, ont contesté la légitimité des experts qui a conduit à l’annulation de l’expertise prévue le 26 mai. Ils estiment que leur fils, grand handicapé, nécessite surtout une rééducation adaptée dans une unité spécialisée, qu’ils réclament depuis cinq ans. « Ces types de patients sont très particuliers car leur état est fluctuant » donc « il faut les observer pendant trois semaines au minimum, trois semaines avec des stimulations tous azimuts », explique le Dr Catherine Kiefer[1], l'un des médecins conseils des parents Lambert. Selon Me Triomphe, l’avocat, l’expertise évitée le 26 mai aurait été une « mascarade », « partiale », car  « il faut regarder l'évolution réelle de Vincent et pas son état à un instant T en deux heures ».

 

Le Tribunal administratif rendra son ordonnance aujourd’hui. Maître Paillot, l'un des avocats des requérants, a affirmé : « Nous allons relever appel de ce jugement bien surprenant, qui ne dénote pas la volonté de connaître la réalité de l'état de santé de Vincent Lambert ». Il a ajouté que ces médecins n’avaient « aucune compétence dans l'analyse comportementale des personnes en état de conscience altérée et ne font aucun effort pour nouer un dialogue avec les parties ».

 

Voir aussi :

Vincent Lambert : contestation du choix des experts, nouvelle audience fixée au 5 juin

Vincent Lambert : la famille conteste le choix des experts

Vincent Lambert : Le collège d’experts qui vient d'être nommé, a un mois pour se prononcer

Vincent Lambert : le tribunal demande une nouvelle expertise médicale

 

[1] Le Dr Catherine Kiefer est chef de service d'une unité dédiée aux patients en état de conscience minimale à l'hôpital de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine).


Sources: 

AFP (05/06/2018)