Une entreprise implante une puce sous la peau de ses employés



En Belgique, une puce sous-cutanée de la taille d’un grain de riz a été implantée, entre le pouce et l’index, de huit salariés volontaires de la société NewFusion. Le microprocesseur leur permet « d’ouvrir la porte d’entrée de la société ou d’activer leur ordinateur comme un badge ». La puce contient des données personnelles et, explique Vincent Nys, porte-parole de NewFusion, « si vous placez un smartphone devant, vous pouvez transmettre vos données de contact immédiatement à quelqu'un ».

 

L’initiative suscite des inquiétudes, notamment quant au respect de la vie privée : « C'est un réel danger, a estimé Alexis Deswaef, président de la ligue des Droits de l'Homme sur la RTBF. On flique dorénavant les employés au plus profond de leur chair. C'est un outil de contrôle total. On peut savoir à quelle heure l'employé a commencé son service, quand celui-ci a pris sa pause cigarette. On analysera ensuite s'il est assez productif ? Que fera-t-on de cette collecte de données ? Dans le futur, braderons-nous un peu plus nos droits à la vie privée pour plus de sécurité ou de confort ? ».


Sources: 

Europe 1 (04/02/2017) ; Le Parisien (03/02/2017)