Un médecin néerlandais accusé d’avoir engendré au moins 200 enfants dans sa propre clinique de fertilité



De son vivant, il a toujours nié, refusant de se soumettre aux tests ADN, sous couvert de respect de son intimité et de sa vie privée. Mais les faits sont têtus, au moins 47 personnes nées de don de sperme dans les années 80 au centre médical Blijdorp de Karbaat à Barendrecht, au sud de Rotterdam, ont un « haut degré de probabilité » d’être liés génétiquement à Jan Karbaat, le directeur du centre. Les estimations comptabilisent au moins 200 enfants potentiellement concernés.

 

En 2017, vingt-deux de ces personnes ont porté plainte, exigeant un test ADN. « Tout enfant a le droit de savoir d’où il vient », martèle Merel-Lotte Heij, l’un des plaignants. « Je travaille moi-même dans le secteur de la santé. Avant de faire venir un enfant au monde, je veux savoir s’il existe un risque de développer certaines maladies génétiques graves », ajoute-t-il. A l’époque, sa mère avait choisi l’option d’un don non anonyme pour que son enfant puisse contacter son père génétique à 18 ans, « mais une fois la demande faite, le nom est resté inconnu ». Quand la clinique a fermé en 2009, « d'importantes irrégularités administratives ont été constatées. On pense qu'il a falsifié des données et des descriptions de donneurs ».

 

Jan Karbaat est décédé en avril 2017, à 89 ans, juste un mois avant l’ouverture du procès. Sa veuve et ses héritiers, ainsi que l’avocat du médecin se sont « farouchement battus contre toute vérification ADN », affirmant que « la vie privée du défunt et de ses proches devait être respectée ». Mais mercredi dernier, le juge en charge de l’affaire a jugé que les intérêts des enfants l’emportaient sur les intérêts de la famille de Jan Karbaat. « S'il a [utilisé son propre sperme], sans l'annoncer à ce moment-là, sa veuve et les autres héritiers ne peuvent pas prétendre que l'anonymat du médecin doit être respecté ».

 

L’ADN des plaignants va donc être comparé à celui de Jan Karbaat, présents sur 27 objets personnels gardés sous scellé depuis 2007, dont sa brosse à dent.

 

La loi néerlandaise interdit à un même donneur d’engendrer plus de 25 enfants.

 

Pour aller plus loin :

Crime de fertility fraud : les médecins incriminés protégés par la loi sur l’anonymat des donneurs de sperme ?

PMA avec donneur et droit de connaitre ses origines

Un jeune homme né d'un don de sperme part à la recherche de ses innombrables frères et sœurs

Un donneur de sperme apprend qu'il est le père de 11 enfants ; il cherche à les retrouver.

Anonymat du don de gamètes : «Il est difficile de se construire sans connaître ses véritables origines»

Un test ADN révèle à une jeune femme que son père biologique est le médecin qui a inséminé sa mère

Dix-sept donneurs de spermes britanniques ont engendré plus de cinq cents enfants