Trisomie 21 : aux Etats Unis 22 millions supplémentaires débloqués pour la recherche



 

Aux Etats-Unis, le NIH vient d’accorder un financement supplémentaire de 22,2 millions de dollars pour renforcer le soutien à la recherche sur la trisomie 21, alliant recherche fondamentale et recherche clinique. Cet investissement fait partie du projet INCLUDE (INvestigation of Co-occurring conditions across the Lifespan to Understand Down SyndromE), lancé en juin 2018 en réponse à une directive du Congrès américain. Il a pour objectif d’étudier les problèmes de santé et de qualité de vie des personnes atteintes de trisomie 21.

 

En tout, les fonds alloués par le NIH à la recherche sur cette maladie seront d’environ 59 millions de dollars pour l'exercice 2018. Un soutien supplémentaire est aussi prévu pour l'exercice 2019, mais suspendu à la disponibilité des fonds.  

 

« Nous avons une occasion unique d'améliorer les résultats pour la santé des personnes atteintes du syndrome de Down en augmentant leur inclusion dans la recherche », a déclaré le directeur des NIH, Francis S. Collins. « Les personnes porteuses de trisomie 21 sont exposées aux mêmes pathologies que le grand public : la maladie d'Alzheimer, l'apnée du sommeil, les maladies cardiaques et l'autisme. J'espère que cet effort permettra de mieux comprendre les traitements qui doivent bénéficier à tous ».

 

La stratégie de recherche INCLUDE se distingue par le fait qu’elle cherche à améliorer la santé des personnes porteuse du chromosome supplémentaire, tout en étudiant simultanément les facteurs de risque et de résilience pour les maladies courantes partagées avec des personnes qui ne sont pas porteuses de trisomie 21. Les projets ayant reçu un financement supplémentaire ont été classés selon trois principaux domaines de recherche :

  • Des études fondamentales ciblées,
  • Constituer une vaste population d'étude pour caractériser complètement les caractéristiques de l’état de santé aux différents âges de développement et étudier les pathologies coexistantes,
  • Enfin, établir un réseau d'essais cliniques pour tester les thérapies pour les affections concomitantes chez les personnes porteuses de trisomie 21 et étendre l'infrastructure existante d'essais cliniques pour s’adapter aux personnes porteuses de trisomie 21.