[Tribune] Thibaud Collin : IVG, euthanasie, même logique, une "culture du déchet"



Le philosophe Thibaud Collin fait le rapprochement entre avortement et euthanasie, et s'en explique en évoquant la "culture du déchet".

 

"L'euthanasie existe déjà en droit français, précisément depuis 40 ans. Certes le mot ne se trouve pas dans la loi Veil mais la chose, sans nul doute. En effet, celle-ci dépénalise l'avortement jusqu'à dix semaines mais en cas de malformations graves du fœtus l'autorise jusqu'au terme de la grossesse. Quel est l'argument justifiant une telle différence de traitement ? La logique euthanasique. Il s'agit de supprimer l'enfant pour «son bien» ; par «compassion». Comment infliger à un enfant une vie handicapée ? Mieux vaut le libérer d'emblée de souffrances futures. Ainsi au commencement et au terme de la vie humaine, le même raisonnement légitime le fait de donner la mort."

 

Il développe ensuite la conception de l'homme qui accompagne ce raisonnement. L'homme est perçu comme un "matériau disponible" dont la vie n'a de valeur que s'il est dans la capacité de réaliser un "projet de vie". En situation d'handicap, de souffrance physiques ou psychique, et/ou de grande dépendance, la mort ne peut être qu'une "libération".

 

Thibaud Collin se réfère au sociologue  Zygmunt Bauman[1] qui souligne le "lien fort entre le succès du projet et le progrès des déchets". Celui-ci montre qu'à mesure que la performance devient le critère d'une vie humaine réussie, la société doit mettre en place des "dispositions sociales" pour écarter ceux qui ne s'insèrent pas ou plus dans le projet. L'euthanasie et l'IVG sont de ces dispositions sociales.

 

La pensée de Marcel Gauchet et son "individu total" constitue une autre référence sociologique permettant de comprendre la "culture du déchet". La mentalité constructiviste et sa conception de l'homme explique le refus de l'impuissance.

Thibaud Colin propose un autre regard, en opposition à cette mentalité constructiviste, celui du "consentement à soi-même dans tous les éléments et les stades de sa vie humaine".

 

[1] Il a publié en 2006 Vies perdues, la modernité et ses exclus (Ed. Payot)


Sources: 

FigaroVox (Thibaud Collin) 23/01/2015 - Blog Le Parvis de la Chouette (Thibaud Collin) 23/01/2015