[TRIBUNE] Edith Heard - L'épigénétique: le fonctionnement de nos cellules n'est pas que déterminisme



Dans une tribune du Point, Edith Heard, professeur au Collège de France, explique que "nous sommes en train de comprendre comment les gènes sont régulés dans un organisme aussi complexe sur l'être humain". 

Si nous savons aujourd'hui que "la façon dont les gènes sont exprimés est au coeur de [la] différenciation cellulaire", une question reste en suspens: "pourquoi, au sein d'une même cellule, seuls certains gènes sont-ils exprimés, et par quels mécanismes la cellule établit-elle et maintient-elle ce choix?". C'est précisément un des "enjeux de l'épigénétique", souligne Edith Heard. Notion émergé dans les années 40, l'épigénétique permet "d'étudier les variations phénotypiques qui sont liées à l'expression des gènes, mais qui ne sont pas dues à un changement de séquence de l'ADN". 

 

Ce qu'elle prouve, poursuit-elle, c'est que "la séquence ADN écrite par la génétique n'est pas toujours lue de la même façon. Cela ne nous libère pas de l'hérédité mais ouvre le champ des possible, où le hasard comme l'environnement jouent un rôle". Autrement dit, être informé de ce qui se passe dans la biologie "permet de mieux distinguer la part entre l'inné et l'acquis,de saisir les enjeux liés à l'utilisation du vivant, d'appréhender les progrès scientifiques et technologiques à venir dans le domaine de la santé ou de l'agriculture". 

 

Note de Gènéthique : pour approfondir le sujet à travers l'angle des tests génétiques et de leurs limites à pouvoir prédire la santé à venir d'un individu à travers la simple lecture de son génome lire les Synthèses de presse Gènéthique du 15 juillet et du 16 juillet 2014.


Sources: 

 Le Point (Edith Heard) 24/07/2014 - Gènéthique