Suisse : désaccords parlementaires sur l’introduction du suicide assisté dans la loi santé du Valais



En Suisse, le Parlement valaisien débat actuellement sur le texte de la future loi santé. La question du suicide assisté cristallise les désaccords : faut-il l’inscrire dans la loi comme un droit, ou faut-il, comme aujourd’hui, laisser choisir les médecins ? « Si le Conseil d'Etat veut maintenir la liberté actuelle laissée aux médecins, la Commission de la santé défend une équité de traitement pour les patients du canton ».

 

Les cantons sont divisés aussi : ceux du Haut-Valais souhaitent laisser le choix aux soignants, ceux du Bas-Valais sont majoritairement ralliés à la Commission de la Santé. D’ailleurs, pour la députée Gaby Fux-Brantschen, « cette question n'a pas sa place dans une loi sur la santé ». Les Verts, quant à eux, défendent surtout l’interdiction de la publicité, la Conférence des évêques suisses, l'évêché de Sion et l'association des soins palliatifs en Valais « se sont prononcés pour le statu quo », c’est-à-dire la position du Conseil d’Etat.

 

En définitive, pas moins d’une quarantaine d’amendements seront débattus jeudi prochain au Parlement, cette nouvelle loi santé devrait entrer en vigueur en 2020.

 

Pour aller plus loin :

Suicide assisté : +23% en Suisse alémanique via Exit

Euthanasie, un bilan alarmant des législations en Suisse, Belgique et Hollande

Pourquoi une augmentation croissante des demandes d’aide au suicide en Suisse ?

Témoignage : "Je suis tellement contrariée que mon mari ait choisi le suicide assisté"


Sources: 

Le Matin (06/05/2019) - Valais La révision totale de la loi sur la santé divise