Suicide assisté au Canada : la Cour supérieure de Justice interprète plus largement la loi



Au Canada, en Ontario, une femme de 77 ans atteinte d’ostéoarthrite[1] a obtenu l’autorisation de "recevoir l'aide médicale à mourir". Diagnostiquée à l’âge de 43 ans, elle avait commencé un traitement lourd mais ne supportant plus ses souffrances, elle avait demandé à son médecin de pouvoir mourir. L’un des deux médecins sollicité pour donner son accord s’était rétracté et avait refusé. Il craignait, malgré la loi sur le suicide assisté, l’inculpation pour meurtre, la maladie n’étant pas au stade terminal.

 

La Cour supérieure de justice a précisé à cette occasion que le patient était admissible au suicide assisté si la mort « est devenue raisonnablement prévisible » et que les années restantes devaient être marquées par la souffrance.

 

Les médecins, quant à eux, ont déclaré à la cour qu'ils se sentaient « mal à l'aise » pour administrer les produits létaux.

 

[1] L'ostéoarthrite ou OA, aussi dénommée arthrose, est la forme la plus fréquente d'arthrite. Elle affecte 10 % de la population au Canada.


Sources: 

Daily Mail, Mia de Graaf (27/06/2017)