Restauration de la fertilité : naissance d’un singe des suites d’une greffe de tissu testiculaire



Peut-on congeler du tissu testiculaire immature prélevé sur un jeune garçon qui va subir un traitement contre le cancer pour restaurer ensuite sa fertilité ? Des chercheurs de l’Université de Pittsburgh aux Etats-Unis, et du MRIER-Womens Research Institute (MWRI) viennent de réussir cette technique sur des singes.

 

En avril 2018, une petite guenon nommée Grady, une contraction des mots graft et baby, c’est-à-dire greffon et bébé, est née en bonne santé. Le géniteur de cette petite guenon a survécu à un cancer survenu avant sa puberté, grâce à des traitements rendant souvent stériles : chimiothérapie, radiothérapie… « Avant le traitement par chimiothérapie, les chercheurs ont cryopréservé le tissu testiculaire immature. Ils l’ont par la suite décongelé et ils en ont transplanté des morceaux sous la peau du même animal. » Environ un an plus tard, le singe étant devenu pubère, les chercheurs ont retiré les greffons et ils ont « constaté la présence d’un grand nombre de spermatozoïdes ». Ces spermatozoïdes ont été fécondés in-vitro et les embryons ont été implantés dans une femelle, donnant naissance à Grady.

 

« Des recherches antérieures sur des primates non humains ont montré que le sperme pouvait être produit à partir de greffes autologues de tissu testiculaire prépubère congelé, explique Adetunji Fayomi, doctorant à Pittsburgh, l’un des auteurs de l’étude, mais la capacité de produire une progéniture saine et vivante - le standard de référence de toute technologie de reproduction - n'avait pas été atteinte jusqu'à présent ». Les chercheurs ont estimé que, par rapport aux essais précédents, l’amélioration des techniques de cryoconservation et l’augmentation de la taille des tissus testiculaires greffés ont probablement été les facteurs décisifs pour l’obtention de ce résultat.

 

Cette expérience est la « dernière étape », a déclaré l'auteur principal de l'étude, Kyle Orwig, professeur d'obstétrique, de gynécologie et de sciences de la reproduction à Pittsburgh, et chercheur au MWRI. « Nous pensons que cette technologie est prête à être testée en clinique ».

 

« Un enfant sur trois ayant survécu à un cancer risque de devenir stérile à cause de la chimiothérapie ou de la radiothérapie ». Les garçons prépubères n’ont pas de sperme mature qui pourrait être conservé tel quel. Ce sont les changements hormonaux induits par la puberté qui activent les cellules souches qui vont produire du sperme. Certains traitements comme la chimiothérapie ou la radiothérapie peuvent détruire ces cellules-souches, provoquant une infertilité irréversible. « Cette avancée est une étape importante pour offrir aux jeunes patients atteints de cancer dans le monde une chance de fonder une famille » conclut Kyle Orwig.


Sources: 

Medical Press,