Réinventer les soins palliatifs pour échapper aux « unités de soins sédatifs »



A l’occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, des professionnels de santé et des membres d’associations, parmi lesquels le professeur Emmanuel Hirsch, lancent l’initiative « Repenser ensemble les soins palliatifs », dans le cadre de l’Espace éthique de la région Ile-de-France.

 

Ils souhaitent une  « concertation » pour « réinventer » l’ « exercice d’un soin voué à l’intérêt et aux droits des personnes malades et en fin de vie ». Cette réflexion est « urgente » et nécessaire pour « la pérennité du mouvement des soins palliatifs et sa légitimité », mis à mal par la loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie.

 

Les directives anticipées opposables et la mise en œuvre de sédations profondes et continues « bouleversent les pratiques » en soins palliatifs : « Qu’en est-il d’un projet de soins ayant pour visée de créer les conditions d’un cheminement porteur de sens jusqu’au terme de l’existence ? ». Le risque existe de transformer les unités de soins palliatifs en « unité de soins sédatifs ». La « pratique légalisée d’une ‘assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité’ substitue au ‘cocktail lithique’ la sédation profonde et continue ».  Les acteurs du mouvement des soins palliatifs sont dès lors confrontés à de nouveaux défis, pour « rendre possible un cheminement jusqu’aux confins de la mort, là où l’humanité d’une sollicitude est plus attendue que la rigidité de postures dogmatiques ». Les soins palliatifs « incitent à se focaliser moins sur la mort à venir que sur les conditions de la vie, fût-elle ténue et fragile, qui la précède encore ». Ils « se situent  à contre-courant des mentalités davantage éprises de scores, de performances et d’efficience que soucieuses d’attention témoignée aux vulnérabilités humaines face à la souffrance et à la finitude ».

 

Par cette initiative, l’objectif est encore de « renouveler et diffuser une éthique des pratiques soignantes privilégiant une ‘approche globale de la personne’, respectueuse de son autonomie et attentive à ses préférences ».  


Sources: 

Espace éthique île de France, Emmanuel Hirsch (11/10/2016)