Prescriptions médicales électroniques : le système belge peine à faire ses preuves



Ordonnances dématérialisées, vérification de l’assurance des patients, surveillance de leur observance thérapeutique, création du dossier médical global… En Belgique tout se fait désormais en ligne, via la plateforme d’échange de données médicales eHealth. Jusqu’ici son usage était facultatif, mais depuis le 1er janvier 2020 les médecins n’ont plus le droit de rédiger d’ordonnance sur papier. Depuis, les pannes informatiques se succèdent, et les médecins belges, excédés, dénoncent un « système instable », « déployé à marche forcée », et même un « service désastreux », et une « négligence coupable qui met directement en danger la santé du citoyen ».

 

« Il s’agit de plusieurs pannes courtes par mois (entre un quart d’heure et une demi-heure) et d’interruptions plus longues. La dernière a duré 6 heures ! » se plaint le Dr David Simon, médecin généraliste. « Une demi-journée de panne, c’est dix patients qui repartent avec des ordonnances papier désormais plus conformes au système des pharmaciens, et qui risquent de se voir refuser le remboursement des médicaments » insiste le Dr Caroline Depuydt, psychiatre dans une clinique de Bruxelles.

 

Les autorités « promettent des améliorations », mais le corps médical semble peu convaincu, accusant la stratégie de la Ministre de la santé belge, Maggie De Block, d’être « coercitive », « précipitée » et « contre-productive ».


Sources: 

Le Quotidien du Médecin, Benjamin Leclercq (24/02/2020)