Pilule contraceptive : la progestérone synthétique cause de dépression



Les effets négatifs de la pilule sur la santé physique commencent à être connus[1], mais ses effets sur la santé mentale sont plus rarement étudiés. La plupart des pilules, dites combinées, allient des œstrogènes pour bloquer l'ovulation, et de la progestérone pour empêcher d'implantation des ovules fécondés dans l’utérus. Ces deux hormones ont un  « impact significatif » sur les zones cérébrales liées au fonctionnement émotionnel et cognitif. En effet, la progestérone synthétique modifie la sérotonine et la monoamine oxydase, ce qui peut entraîner dépression, irritabilité et anxiété[2].

 

Une étude danoise réalisée en 2016 auprès de plus d'un million de femmes a étudié le lien entre les différents types de pilules et les diagnostics de dépression chez les femmes. Il en est ressorti que :

  • les femmes qui prennent la pilule contraceptive sont plus susceptibles d’entrer en dépression que celles qui ne la prennent pas,
  • les femmes qui prennent des pilules avec de fortes quantités de progestérone ont plus de dépressions que celles qui prennent des pilules à faibles doses de progestérone,
  • Parmi les 15-34 ans, les femmes qui prennent la pilule ont un risque 1,23 fois supérieur d’avoir un diagnostic de dépression et de se voir prescrire des antidépresseurs,
  • Parmi les 15-19 ans, le risque est 1,8 fois supérieur chez celles qui prennent une pilule combinée et 2,2 fois supérieur chez celles qui prennent une pilule à base de progestérone seule.
  •  

L’étude a conclu que « la dépression est un effet secondaire potentiel important de l'utilisation de contraceptifs hormonaux, en particulier chez les adolescents », déplorant l’ « impact négatif sur la chimie du cerveau » qui a pour conséquence de « compromettre la joie de vivre » des femmes.

 

[1] Pilule contraceptive et accidents vasculaires cérébraux, quelle incidence ?

La pilule reconnue officiellement à l'origine de l’AVC de Marion Larat

[2] Une étude fait le lien entre contraception hormonale et augmentation du risque de suicide

 

 


Sources: 

Daily Mail, Jayashri Kulkarni (16/05/2018)