Mourir entouré de ses proches : un droit fondamental pour la justice britannique ?



Au Royaume-Uni, saisi par la fille d’une femme âgée en phase terminale, depuis décédée, le Juge des Tutelles déclare qu’« être autorisé à mourir entouré de ses proches est une composante fondamentale "de tout droit à la vie privée ou familiale" ».

 

Un cancer des ovaires « en phase terminale » avait été détecté chez cette femme âgée « qui vivait dans une maison de repos depuis près de 10 ans ». Après que sa fille a demandé au tribunal que « sa mère soit autorisée à emménager avec elle », « les autorités locales ont fait valoir qu'aucune ordonnance immédiate ne devait être prise pour quitter la résidence », requérant « des évaluations complémentaires ».

 

Mme le juge Lieven a statué que la femme « devrait pouvoir "passer ses derniers jours avec sa famille" », à partir de « la proposition de base selon laquelle la plupart des gens souhaitent fortement mourir entouré de leur famille ». Une décision intervenue alors que « de nombreuses résidences ont interdit les visites en raison du risque de transmission du virus ».

 

La femme est décédée « deux jours après avoir déménagé pour vivre avec sa famille ». « Bien que je sois bouleversée par la perte de ma mère, cela me réconforte de savoir qu'elle a pu voir sa famille à la fin de sa vie. Elle était entourée de notre amour lorsqu'elle est morte. Je n'aurais pas dû avoir à me battre si dur pour ce droit humain fondamental », a déclaré sa fille.

 

 

Pour aller plus loin :

COVID-19 : « Nous sommes dépossédées du deuil »

Covid-19 : En Europe, la moitié des décès ont lieu en maison de retraite

La mort volée des proches ne sera pas sans conséquences sur les vivants


Sources: 

The Guardian, Owen Bowcott (05/05/2020)