Mortalité maternelle : le Conseil des droits de l'homme de l'ONU manque son but



Le 27 septembre dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté une résolution sur la mortalité maternelle, qui ressemble à une « surenchère sur les politiques défaillantes déjà en place » et ignore que les avancées médicales existent pour prévenir la plupart des causes : « accès aux services obstétricaux et postnatals, aux médicaments et à la nutrition ».

 

Sans respect de la souveraineté nationale des pays qui souhaitent restreindre ou interdire l’avortement, la résolution appelle à une « éducation sexuelle complète » et à une « santé sexuelle et reproductive et des droits reproductifs ».

 

Si les pays en développement sont particulièrement touchés par la mortalité maternelle, les États-Unis eux-mêmes font face à un taux disproportionné alors que les moyens existent pour que les mères vivent leur grossesse et la naissance de leur enfant en toute sécurité. Ce qui était attendu du Conseil des droits de l’homme était un engagement international en faveur de la mise en œuvre de soins de base qui sauvent des vies, mais la session de trois semaines a été consacrée à la promotion de l'avortement, à l'éducation sexuelle radicale pour les enfants et à d'autres questions controversées.

 


Sources: 

The Daily Signal, Elyssa Koren (12/10/2018)