Marianne Durano : Mettre en garde contre l’intelligence artificielle ne signifie pas en avoir peur



Invitée de l’émission Ce soir (ou jamais !) le 11 mars dernier autour du thème « Intelligence Artificielle : faut-il tout arrêter ? », Marianne Durano[1] a entendu faire le point sur une question sémantique. 

 

Elle a invité à prendre garde au vocabulaire de la peur, de la technophobie, qui « suppose que les gens qui ne s’enthousiasment pas devant les progrès de l’intelligence artificielle sont mus par la peur, par des sentiments irrationnels ».

 

Selon elle, ces propos au caractère alarmiste visent à « décrédibiliser ceux qui essaient de mettre en garde, ou de provoquer une réflexion » sur ces sujets. Elle assure pourtant que ce sont des propos rationnels qui avancent les « bonnes raisons de penser que ce futur n’est pas désirable », et qu’il est tributaire d’une vision réductrice de l’homme.

 

Pour souligner d’ailleurs que les fins de l’intelligence artificielle ne sont pas forcément philanthropiques, mais aussi une question de « jeux de pouvoirs » comme le dit Laurent Alexandre, Marianne Durano n’a pas manqué d’évoquer le budget de 71 milliards de dollars que le Ministère de la justice américain entend investir en 2017 pour l’amélioration de « robots tueurs ».

 

[1] Marianne Durano est normalienne et agrégée de philosophie, elle est aussi expert Gènéthique.

 


Sources: 

Dailymotion (13/03/2016)