Marché de la PMA : fusion en vue du leadership



Après un an de négociations, le leader espagnol en médecine de la reproduction, l’Institut Valencien de L’Infertilité (IVI)[1], annonce sa fusion avec l’américain RMANJ (Reproductive Medicine Associates of New Jersey). Baptisée IVI-RMA, cette nouvelle entité, qui compte 2400 employés dont plus de 200 médecins et 300 chercheurs, constitue désormais le « plus grand groupe de reproduction assisté au monde ». Implantée dans 13 pays avec plus de 70 cliniques, elle projette de réaliser 300 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le nouveau groupe espère rester le chef de file dans les domaines de la recherche et des connaissances scientifiques en partageant « les mêmes valeurs et intérêts en matière de médecine, de sciences et d'affaires ».

 

En France, le Pr Stéphane Viville, spécialiste de l’infertilité au CHU de Strasbourg, constate que « la pratique de l’assistance médicale à la procréation est avant tout un business fort lucratif, basé sur l’espoir des couples à fonder une famille. Certains de ces couples sont prêts à dépenser sans compter pour atteindre leur but et il est très facile de leur faire miroiter le meilleur et surtout de le leur vendre » (cf. PMA : un business pas très scientifique).

 

[1] IVI, fondée en 1990, est la première institution médicale en Espagne entièrement dédiée à la reproduction assistée. Depuis sa création, elle a généré la naissance de plus de 125 000 enfants avec l’application des dernières technologies de procréation assistée. 


Sources: 

Le blog de Jean-Yves Nau, (17/02/17)

La dépèche.fr, (16/02/17)