A Malte, les embryons congelés en vue d'une PMA seront proposés à l’adoption



Le gouvernement maltais est en passe de réformer la loi régissant la fécondation in-vitro. La nouvelle loi devrait permettre la congélation d’embryons « à condition que les futurs parents acceptent d'abandonner les embryons non réclamés pour adoption ». Ils se verront délivrer un « permis » renouvelable tous les cinq ans jusqu’aux 43 ans de la femme. S'ils décident de ne pas prolonger le permis, ou si la femme a atteint l'âge limite,  « l'Embryo Protection Authority pourra donner les embryons pour adoption ».

 

Pour les parents n’acceptant pas cette clause d’adoption, la loi restera inchangée : ils ne pourront féconder que deux ovocytes, et les transférer immédiatement dans l’utérus. Le but de la mesure est « d'apaiser les craintes que les embryons congelés s'accumulent dans les cliniques de fertilité ». La législation actuellement en vigueur permet uniquement la congélation des ovocytes non fécondés, sauf dans quelques cas exceptionnels, comme par exemple quand la mère est accidentée entre la fécondation et l’implantation.

 

La semaine dernière, une pétition parlementaire en ligne contre la congélation des embryons appelait les députés à ne pas modifier la loi existante sur la fécondation in vitro. Mardi soir, elle avait rassemblé 1 016 signatures.


Sources: 

Malta Today, Kurt Sansone (11/04/2018)