Maladie de Huntington : une thérapie génique pour régénérer des neurones



En Chine, une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Gong Chen, « ancien professeur à l'Université d'État de Penn et qui dirige actuellement un centre de réparation du cerveau à l'Université de Jinan en Chine », a conçu « une nouvelle thérapie génique pour régénérer de nouveaux neurones fonctionnels dans des modèles murins de la maladie de Huntington ». Les travaux ont été publiés dans Nature Communications le 27 février 2020[1]. Cette approche est « régénérative », donc « différente de la thérapie génique conventionnelle qui vise généralement les gènes mutants en corrigeant les mutations génétiques ou en réduisant le produit des gènes mutants ».

 

Le Dr Chen explique : « Nous développons une série de thérapies géniques basées sur le NeuroD1 pour reprogrammer les cellules gliales[2] internes du cerveau directement en nouveaux neurones fonctionnels, afin de traiter une variété de troubles cérébraux ». Les pathologies concernées sont « la maladie de Huntington, la maladie d'Alzheimer, les accidents vasculaires cérébraux, la SLA[3] et bien d'autres encore », a déclaré le Dr Chen. Pour le professeur, « cette technologie de conversion directe offre de grands avantages par rapport à la thérapie de transplantation de cellules souches : une efficacité de la neurorégénération et aucun problème de rejet immunitaire ».

 

Le premier auteur de cet article, le Dr Zheng Wu souligne avoir utilisé « les vecteurs du virus adéno-associé (AAV), qui ont été approuvés par la FDA[4] comme vecteur de thérapie génique commun dans de nombreux essais cliniques, pour développer une nouvelle thérapie génique pour le traitement de la maladie de Huntington ». Les résultats de l’étude sur la souris montrent que « 80% des astrocytes[5] striatals[6] infectés par les AAV étaient directement convertis en neurones GABAergiques et que les astrocytes restants pouvaient proliférer pour se reconstituer ». Qui plus est « tous les nouveaux neurones générés sont électrophysiologiquement fonctionnels, formant des connexions synaptiques avec d'autres neurones ». Et « les neurones nouvellement générés peuvent projeter leurs axones vers les bonnes zones cibles, ce qui suggère qu'ils se sont intégrés dans les circuits cérébraux globaux ». Pour le Dr Chen, « les résultats les plus intéressants de cette étude sur la maladie de Huntington sont la récupération significative de la fonction motrice et la prolongation remarquable de la durée de vie chez les souris malades traitées par thérapie génique ».

 


[1] Zheng Wu et al, Gene therapy conversion of striatal astrocytes into GABAergic neurons in mouse models of Huntington's disease, Nature Communications (2020). DOI: 10.1038/s41467-020-14855-3.

[2] Les cellules gliales sont les cellules qui forment l'environnement des neurones.

[3] Sclérose latérale amyotrophique, également appelée maladie de Charcot.

[4] Food and Drug Administration.

[5] Cellules gliales du système nerveux central.

[6] Du striatum, une région du cerveau.


Sources: 

Medical Xpress, Guangdong-Hongkong-Macau Institute of CNS Regeneration, Jinan University (28/02/2020)