L’OMS appelle à respecter les personnes âgées



L’OMS dénonce les « conséquences du ‘racisme anti-personnes âgées’ », à l’occasion de la journée mondiale des personnes âgées, le 1er octobre. Sur plus de 83 000 personnes réparties dans 57 pays, 60% estime que les personnes âgées ne sont pas respectées, constate l’OMS. Les résultats sont particulièrement mauvais dans les pays les plus riches.

 

L’âgisme est « une pratique extrêmement courante et pourtant la plupart des gens n’ont pas conscience des stéréotypes qu’ils entretiennent inconsciemment à l’égard des personnes âgées ». Cette discrimination a un impact important sur la santé mentale et physique : « Les personnes âgées qui pensent être un fardeau pour les autres perçoivent également leur vie comme ayant moins d’importance, ce qui les expose au risque de dépression et d’isolement social ». Ces personnes « ne se rétablissent pas aussi bien des incapacités et vivent en moyenne 7,5 ans de moins que celles ayant une attitude positive ». Pour l’OMS, « il est possible de changer ces normes sociales », en reconnaissant l’éventail de capacités des personnes âgées. « La société pourra retirer un avantage de cette population vieillissante si nous vieillissons tous en meilleure santé ».

 

Parallèlement, un rapport mondial sur le vieillissement et la santé enjoint également les pouvoirs publics de « contribuer à éliminer les nombreux obstacles qui limitent la contribution et la participation sociale continues des personnes âgées », et à « considérer les dépenses relatives aux systèmes de santé, aux soins de longue durée des personnes âgées comme des investissement et non comme de coûts ».

 

Note Gènéthique :  "Vivre plus longtemps ne doit jamais être considéré comme un fardeau ou un défi"


Sources: 

Le quotidien du médecin, Damien Coulomb (30/09/2016); OMS (29/09/2016)

Photo : Pixabay, image libre de droits.