Les soins palliatifs précoces sont positifs pour la qualité de vie patients, mais les financements sont insuffisants



Hors unité dédiée, les équipes mobiles de soins palliatifs se heurtent aussi bien à des questions de financement qu’à des difficultés d’organisation au sein des services. L’ « absence de recettes dégagées par l'activité de l'EMSP[1] induit un manque de reconnaissance pour les professionnels qui la composent », car « le rythme de l'accompagnement n'est pas le rythme de la concurrence », résume Véronique Averous, médecin de l'EMSP au CHU de Bordeaux. Le codage des soins, qui conditionne les financements, ne permet pas de prendre en compte les soins palliatifs autrement qu’en phase terminale. Les soins palliatifs précoces, pourtant, ont des « effets concluants sur la qualité de vie des patients ».

 

N’est pas non plus prise en compte la nécessaire coordination entre les équipes mobiles de soins palliatifs et les soignants des unités où se trouvent les patients. La mise en place des soins palliatifs induit « des changements de pratiques et d’organisation » dans le service. « Mini-staff » hebdomadaire commun à l’hôpital Saint-Louis à Paris, « réunion de philosophie appliquée » pour assurer le « passage d'une expertise individuelle à une sagesse pratique collective » à la Clinique Édouard-Rist de Paris, les initiatives fleurissent mais nécessitent plus de soutien dans les services pour « faciliter la coordination et l'intervention » et pérenniser leur mise en œuvre. Le but est d’aider les unités à prendre conscience du « point de non-retour » de la maladie à partir duquel les soins palliatifs deviennent nécessaires.

 

Les soins palliatifs ne sont plus proposés uniquement aux patients en phase terminale de cancer mais à de plus en plus de pathologies : « les médecins spécialistes sur un organe s'intéressent petit à petit aux soins palliatifs, en particulier en réponse au vieillissement désormais avéré de la population », précise Gilbert Zulian, ancien chef du département de réadaptation et de médecine palliative des Hôpitaux universitaires de Genève en Suisse.

 


[1] Equipe mobile de soins palliatifs.


Sources: 

Hospimedia, Jérôme Robillard (17/06/2019) - Les soins palliatifs précoces se heurtent à la question du financement