Les enfants dont les mères ont utilisé une contraception hormonale plus susceptibles de développer une leucémie



Le point commun entre pilule, patch et anneau vaginal, c’est qu’ils contiennent tous des hormones synthétiques bloquant l’ovulation. Pour la première fois, l’étude publiée par The Lancet Oncology[1] démontre que « la contraception hormonale chez la mère serait associée à un sur-risque de leucémies aiguës myéloblastiques chez les enfants. »

 

Les chercheurs ont suivi 1 185 157 enfants danois, nés entre 1996 et 2014. Parmi eux, 606 ont eu une leucémie. Ceux-ci ont été classés selon l’utilisation de contraceptifs hormonaux de leurs mères : « aucune utilisation » pour celles qui n’en n’avaient pas utilisé avant la grossesse, « utilisation antérieure » pour celles ayant arrêté plus de trois mois avant la grossesse, et « utilisation récente » pour une utilisation juste avant ou pendant la grossesse.

 

L'« utilisation récente » de contraceptifs hormonaux aurait entraîné « un cas supplémentaire de leucémie pour environ 50 000 enfants exposés », soit 25 cas pendant les neuf années de l’étude.

 

Les chercheurs alertent : « Nos résultats indiquent que l'utilisation hormonale maternelle affecte le développement de leucémies aiguës myéloblastiques chez l'enfant » alors que « presque aucun facteur de risque n'avait jusqu’ici été établi pour la leucémie infantile ».

 

Chaque année, environ 2 550 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez les enfants (1 750) et les adolescents (800). Ces cancers « constituent la quatrième cause de mortalité entre 0 et 15 ans ».


Sources: 

Pourquoi Docteur ?, Mathilde Debry (10/09/2018)