Les embryons décongelés accidentellement en Ohio étaient-ils des personnes ?



Le débat juridique est ouvert : il s’agit de définir si oui ou non les embryons stockés dans les cliniques de fertilité sont vivants et sont des personnes. Rick et Wendy Penniman ont perdu leurs embryons congelés lors du dysfonctionnement de la clinique de fertilité de Cleveland aux Etats-Unis[1]. Représentés par leur avocat, Bruce Taubman, ils ont porté plainte pour « mort injustifiée ». Glenn Cohen, professeur de droit à Harvard, expert en éthique médicale et en droit de la santé explique que « la question très précise est ici de savoir si les embryons peuvent être considérés comme des personnes au sens de la loi en Ohio et comme telles, susceptibles de relever de la ‘mort injustifiée’ ».

 

Ce qui ne fait pas de doute pour l’avocat des plaignants qui demande « au tribunal de déclarer qu'un embryon est une personne et que la vie commence dès la conception ».

 

En 1973, à l’occasion du procès Roe contre Wade, il a été considéré qu’ « un fœtus qui se développe après l'état embryonnaire, n'est pas une personne ». Maitre Taubman tempère en rappelant que le seul but de ce procès était d’aboutir à un avortement. Dans le procès Werling contre Sandy en 1985, la Cour Suprême de l’Ohio a jugé qu’un « fœtus viable était une personne », affirmant que la vie commence à la conception.

 

« Les gens disent : ‘Quand commence la vie ?’ Mais c'est la mauvaise façon de poser la question : il est très clair qu'un fœtus est vivant, c'est la vie, la question est de savoir si c'est une personne », estime Glenn Cohen qui pense que, tant que le fœtus n’est pas viable, on ne peut pas parler de « mort injustifiée ». Pour lui, un fœtus qui n’a pas encore été implanté n’aboutira pas forcément à une grossesse à terme. Il pense donc que « cette plainte ne conduira pas à une déclaration disant qu’un embryon une personne ».

 

L’avocat du couple, Bruce Taubman, est plus optimiste : « Je vois cette affaire se terminer devant la Cour suprême de l'Ohio, et je voudrais penser qu'ils vont suivre mon raisonnement et déclareront que l’embryon est une personne ». Il espère même que cette décision permettra à tous les autres parents de porter plainte à leur tour pour « mort injustifiée ».


Sources: 

News 5 Cleveland, Tara Molina (03/04/2018)