« Le métabolisme peut mimer la mort »



Un détenu espagnol s’est réveillé à la morgue plusieurs heures après son décès, déclaré par deux médecins consécutifs.

 

Ce n’est « pas la première fois » que les médias rapportent de telles histoires. Selon Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes : « C’est un phénomène que l’on connaît depuis l’Antiquité. Il arrive en effet que des personnes arrivent à la morgue alors qu’elles sont encore vivantes ». En cause, le métabolisme qui peut « mimer la mort » : absence de réaction aux stimuli, un corps froid en hypothermie et un pouls inexistant. En cas de catalepsie, par exemple, les muscles se durcissent, immobilisant la personne « plusieurs heures dans la même position ».

 

Christophe Prudhomme reconnait qu’il peut aussi s’agir d’une erreur humaine, que « tous les moyens techniques précis pour détecter le pouls, aussi faible soit-il » n’aient pas été mis en oeuvre. En cas de recours à l’électrocardiographe, « on peut voir une ligne plate sur l’écran pendant 15 secondes, et si l’on n’est pas vigilant, rater le pic du pouls ». Une situation que l'on découvre en général « quelques heures après le constat du décès ». 


Sources: 

Le Parisien, Zoé Lauwereys (11/01/2018)