Le lancement d’un essai clinique à base d’iPS différé



Une équipe de chercheurs du CIRA (Center for IPS cells Research and Application) de l’université de Kyoto au Japon a annoncé qu’ils retardaient le lancement de l’essai clinique sur une potentielle thérapie de la maladie de Parkinson pour des raisons de sécurité (Cf. Gènéthique du 17 mars 2014). Il ne sera pas programmé avant l’année prochaine.

 

Si cette thérapie était approuvée, elle serait la première au monde à utiliser des cellules IPS pour traiter une maladie neuro-dégénérative. L’équipe de chercheurs prévoit de créer des cellules IPS à partir des cellules sanguines du patient, de les faire évoluer en neurones pour ensuite les transplanter dans le cerveau du patient et contrer ainsi la maladie[1].

 

Le professeur Takahashi à l’origine de ce projet est aussi derrière un essai clinique à base de cellules IPS destiné à traiter la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age, DMLA (Cf. Gènéthique du 03 aout 2015).

 

 

[1] La maladie de Parkinson réduit les neurones du cerveau et cause des tremblements des pieds et des mains ainsi que des raideurs du corps.


Sources: 

The Japan Times (11/11/2015)