La PMA augmente le risque d’hypertension précoce chez les enfants



Le risque d’hypertension est six fois plus élevé chez les enfants conçus par PMA. C’est une étude suisse qui a publié ce résultat hier dans la revue de l'American College of Cardiology[1].

 

Que la conception se fasse par fécondation in vitro (FIV) ou par injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), les gamètes et les embryons sont exposés à « divers facteurs environnementaux avant leur implantation ». « Les enfants apparemment en bonne santé montrent des signes sérieux d’inquiétude pour un risque cardiovasculaire précoce, en particulier en ce qui concerne l’hypertension artérielle », explique Emrush Rexhaj, directeur du service cardiologie de l'hôpital universitaire de Berne (Suisse). Le professeur ajoute qu’ « il est de plus en plus évident que la PMA a un impact sur les vaisseaux sanguins des enfants, mais les conséquences à long terme ne sont pas connues. Nous savons désormais que cela multiplie par six le risque d’hypertension chez ces enfants, par rapport à ceux qui ont été conçus de façon naturelle ».

 

Les auteurs de l’étude ont évalué le système circulatoire de 54 adolescents en bonne santé, issus de PMA, d’une moyenne d’âge de 16 ans. Ils ont mesuré la pression artérielle ambulatoire, et évalué la fabrication de plaquettes, le fonctionnement des vaisseaux sanguins et la rigidité des artères. Au bout de 24 heures de surveillance, les chercheurs ont pu noter une pression artérielle plus élevée chez les adolescents issus de PMA (119/71 mmHg) que chez les adolescents conçus naturellement (115/69 mmHg). De plus, huit adolescents du premier groupe ont reçu un diagnostic d’hypertension artérielle (plus de 130/80 mmHg) contre un seul dans le groupe témoin. Un résultat que le Dr Rexhaj juge « préoccupant ».

 

 


Sources: 

Medical Press, American College of Cardiology (03/09/2018)