La Cour d'appel de Londres renverse le jugement qui obligeait une jeune femme, déficiente mentale, à avorter



Vendredi dernier, une juge britannique de la Cour de protection de Londres a ordonné que soit pratiqué un avortement sur une femme handicapée mentale enceinte de 22 semaines, contre la volonté de la femme et celle de sa mère. La juge, Nathalie Lieven, a admis que c'était une « immense intrusion » d'ordonner l'avortement contre la volonté de la femme, mais que la décision était prise « dans le meilleur intérêt de la femme ».

 

La jeune femme, âgée d’une vingtaine d’années, souffre d'un trouble d'apprentissage « modérément grave » et d'un trouble de l'humeur. Sa mère, une ancienne sage-femme, est opposée à l'avortement et a déclaré être en mesure de s'occuper de l'enfant avec l'aide de sa fille. Une travailleuse sociale, qui connaît l’intéressée, a également déclaré que la grossesse ne devrait pas être interrompue.

 

La mère de la jeune femme a contesté la décision qui a été renversée par la Cour d’appel de Londres ce lundi.

 

Au cours de l’audience, John McKendrick, le représentant la mère de la femme, a soutenu que l’analyse du juge concernant « ce qui était dans l'intérêt supérieur de la femme était erronée ». Il a expliqué voir « une jeune femme qui souhaite avoir un enfant ».

 

Plus tôt lundi, avant la décision de la Cour d'appel, John Sherrington, évêque du diocèse catholique de Westminster, a déclaré que « forcer une femme à avorter contre sa volonté et contre celle de sa famille proche viole ses droits humains, sans parler du droit de son enfant à naître à vivre dans une famille qui s'est engagée à prendre soin de cet enfant. Dans une société libre comme la nôtre, il y a un équilibre délicat entre les droits de l'individu et les pouvoirs de l'État ». Il a ajouté  que « cette affaire, pour laquelle toutes les informations ne sont pas disponibles, soulève de sérieuses questions quant à la signification de l' ‘intérêt supérieur’ lorsqu'une patiente est inapte mentalement et est soumise à la décision de la cour contre son gré ».

 

Lors de l'audience précédente, il a été établit que les circonstances de la conception n'étaient pas claires et qu'une enquête policière se poursuivait.

 

Les juges de la Cour d'appel ont déclaré qu'ils donneraient les motifs de leur décision à une date ultérieure.

 

Au Royaume-Uni, les avortements sont possibles jusqu’à la 24e semaine.


Sources: 

The Guardian, Harriet Scherwood (24/09/2019) - Appeal court overturns forced abortion ruling