La Commission Euthanasie belge « enfreint consciemment la loi et tente de le dissimuler »



Le Docteur Ludo Vanopdenbosch, spécialiste en neurologie et soins palliatifs, a démissionné en décembre dernier de la CFCEE (Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie), quand celle-ci a refusé d’envoyer en justice le dossier d’un médecin ayant intentionnellement provoqué la mort d’une patiente à la demande de sa famille (cf. « euthanasies » sans consentement en Belgique, la liste s’allonge).

 

« Je ne souhaite plus faire partie d’une commission qui enfreint consciemment la loi et tente de le dissimuler… elle n’est ni indépendante ni objective », écrit le docteur Vanopdenbosch dans une lettre[2] adressée au Parlement Belge. La Commission avait tenté de masquer l’acte en le qualifiant de soin palliatif mal dosé ayant malencontreusement donné la mort, mais le Dr Vanopdenbosch soutient que ce médecin « avait l'intention de tuer la patiente ».

 

Il ajoute dans sa lettre que son « droit de parole » au sein de la Commission n’a pas été respecté lorsqu’il a émis des inquiétudes face aux euthanasies de personnes démentes. Celle-ci s'acharne à « défendre l’euthanasie en n’importe quelle circonstance ».

 

[2] Lettre intégrale : http://www.ieb-eib.org/fr/pdf/20180226-vanopdenbosch.pdf


Sources: 

Institut Européen de Bioéthique (22/02/2018)