La Chine prévoit une réglementation des essais cliniques à base de cellules souches



Le gouvernement chinois veut rappeler à l’ordre les cliniques privées qui proposent des traitements à base de cellules souches[1] dont l’efficacité n’a pas été prouvée. Dans cet objectif, il a annoncé une règlementation de la recherche sur les cellules souches, le 21 aout dernier. Une partie des chercheurs se réjouit de l’annonce de mesures « attendues de longue date », tandis que d’autres plus pessimistes s’inquiètent du fait que ces mesures ne soient pas assez contraignantes pour les cliniques « malhonnêtes » qui « abusent de patients fortunés ».

 

En 2012 déjà, le gouvernement avait fait le point sur la situation et punit les thérapies « non approuvées » ou les nouveaux essais cliniques « douteux ». Cependant depuis 2012, quelques cliniques continuaient à accueillir des patients « désespérés » et à leur proposer des traitements « probablement inefficaces » à base de cellules souches. A l’inverse, d’autres chercheurs attendaient ces recommandations pour se lancer dans des essais cliniques.

 

Les nouvelles mesures règlementent l’information du patient, et autorisent les essais cliniques uniquement dans certains hôpitaux spécialisés. La publicité est interdite. Les nouveaux essais seront soumis à un enregistrement auprès du ministère de la santé, qui vérifiera la pertinence des études et les résultats des études précliniques (chez l’animal). Pour le moment, les pénalités pour les chercheurs qui enfreindront la loi ne sont pas définies.

 

 

[1] Il s’agit ici de tous types de cellules souches (embryonnaires, adultes et iPS), utilisés dans le cadre de la médecine régénérative.


Sources: 

Nature (27/08/2015)