Kenya : le ministère de la Santé impose à Marie Stopes International d'arrêter de pratiquer des IVG sur le territoire



Le Kenya somme Marie Stopes International, le géant britannique de l’avortement, de cesser toute pratique de l’IVG sur le territoire Kenyan, et exige un relevé détaillé de ses activités. Suite à une pétition citoyenne, le ministre de la santé a mis en place un comité médical chargé d’enquêter sur Marie Stopes Kenya et ses activités.

 

L’enquête a révélé des activités illégales. Au Kenya, l’avortement est autorisé lorsque la vie de la mère est menacée, ou au moins sa santé. Et faire de la publicité sur les services de santé est interdit. Non seulement l’organisation fait beaucoup de publicité pour ses services d’avortement, à la radio comme sur les réseaux sociaux, mais en plus l’organisation promeut l’avortement pour grossesse indésirable, la contraception des mineures et l’avortement des mineures sans consentement parental. Ann Kioto, à l’origine de la pétition, a appelé la hotline de Marie Stopes, et a fait croire qu’elle était enceinte. On lui a immédiatement répondu qu’elle devait fournir 5 000 shillings kenyans pour l’avortement, environ 48 dollars, et qu’ils savaient que c’était ce qu’elle voulait. « Ils essayent de vous convaincre d’avorter », explique-t-elle, ajoutant qu’à aucun moment il ne lui a été demandé si elle souhaitait poursuivre sa grossesse, et qu’aucun suivi de grossesse ne lui a été proposé, ni d’information sur l’accouchement.

 

Le directeur de Marie Stopes Kenya, le Dr Hezron McObewa, a été entendu au cours de l’enquête. Celui-ci a reconnu qu’ « ils proposaient des avortements aux mineurs sans surveillance parentale » et que le « désir d'avorter était un critère suffisant » pour eux. Il a ajouté que les avortements ne représentaient qu’ 1% des activités de l’organisation, mais « lorsque la commission médicale a demandé les données sources pour cette demande, il n’a pas été en mesure de les fournir ». La police a dû intervenir dans un dispensaire de Marie Stopes, pour empêcher des injections contraceptives en masse sur des mineures. Ces activités sont illégales au regard de la loi kenyane.

 

La commission médicale a suspendu toutes les activités d’avortement de Marie Stopes au Kenya et a qualifié leurs publicités sur les médias sociaux d’« erronées et trompeuses ».

 

Marie Stopes a aussi été accusé d’activités illégales dans d’autres pays d’Afrique, notamment en Zambie. En Tanzanie, une enquête est aussi en cours.


Sources: 

C-FAM, Rebecca Oas, Ph.D. (23/11/2018)