“Je suis ce 1%”, le témoignage d'un adulte né d'un viol



« Je suis ce 1% ». Enfant adopté, né d’une mère biologique après un viol, Ryan Bomberg a souhaité partager son expérience. Il affirme avoir « grandi désiré et aimé » dans une famille « multiethnique de quinze personnes ». Il est aujourd’hui marié et heureux, père adoptif de quatre enfants. Il veut prouver qu’il existe « une autre perception » d’une grossesse issue d’un viol. Et il n’est pas le seul, indique-t-il, comme son amie Rebecca Kiessling, « avocate et défenseur passionnée de la vie », ou encore les anciennes Miss Pennsylvanie, Valerie Gatto, Trayvon Clifton, Monica Kelsey, Jim Sable, Pam Stenzel, « et bien d'autres ».

« Il y a des femmes qui sont devenues mères après un viol et qui ont courageusement choisi la vie » conclut-il, avant d’interroger, « qui sont vraiment les extrémistes ici ? Ceux qui pensent que tout être humain a droit à la vie ? Ou des gens qui célèbrent le massacre inutile d'un million d'humains innocents chaque année en Amérique ? ».  « Quand il s'agit de viol et d'avortement, comment guérir la violence avec plus de violence ? ».

 

Ryan Bomberg veut protester contre l’affirmation de Leana Wen, la présidente du Planned Parenthood, sur Twitter : « il n'y a pas d'infanticide dans les soins médicaux. L'avortement n'existe pas jusqu'à la naissance ». Il s’attriste également de la révélation faite par Ron Fitzsimmons, directeur exécutif de la National Coalition of Abortion Providers, que la procédure « barbare et intacte de dilatation et d'évacuation (ou "avortement partiel de naissance") était ‘courante’ ». Il s’insurge enfin contre le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, qui « expliquait calmement comment on pratique l'infanticide », ou encore contre Kermitt Gosnell « qui a commis un infanticide pendant des années à Philadelphie, en accouchant des bébés vivants, puis en coupant leur moelle épinière pour les tuer », « il a finalement été reconnu coupable de meurtre et emprisonné » rappelle-t-il. « Le faux féminisme est l'extrémisme » déclare Ryan Bomberg, « il voit la compassion en un acte de violence. Il voit la force là où quelqu'un succombe au désespoir ».

 

« Je suis le 1% qui est toujours diabolisé et exploité », mais, poursuit-il, « je fais partie d'un collectif beaucoup plus large de défenseurs courageux et compatissants de la Vie, qui croient en la notion radicale que nous avons tous une valeur égale et irrévocable, peu importe comment nos vies ont commencé ».


Sources: 

Mercatornet, Ryan Bomberger (30/05/19) - I was conceived in rape. I’m the 1% which excuses 100% of abortions