IVG en Irlande : une objection de conscience limitée



Les médecins généralistes irlandais auront le droit de ne pas pratiquer d’IVG s’ils ne le souhaitent pas, mais ils seront dans l’obligation de fournir toutes les informations nécessaires aux patientes pour qu’elles aient accès à l’IVG ailleurs, a déclaré Harris Simon, ministre irlandais de la santé. « Aucun médecin, aucune infirmière, aucune sage-femme n'est obligée de pratiquer cet avortement s’ils sont objecteurs de conscience », a-t-il expliqué.

 

Une assemblée générale extraordinaire de l’Irish College of General Practionners (ICGP) s’est tenue cette semaine, pour débattre des conditions pratiques de la mise en place de l’IVG dans le pays, prévue en janvier 2019. L’ICGP souhaite que les services d’avortement se fassent sur la base du volontariat des médecins.

 

Déçus de ne pas avoir été écoutés concernant le droit à objecter complètement, une trentaine de médecin a quitté la salle avant la fin de l’assemblée générale (cf. Avortement en Irlande : les médecins demandent à inscrire leur droit à l’objection de conscience dans le projet de loi ).

 

 

Pour aller plus loin :

« Retirer la clause de conscience dans le cadre de l’IVG, c’est contraindre les médecins à en faire »

Le président du syndicat des gynécologues : « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies »

Clause de conscience de l’IVG ? L’abroger serait inconstitutionnel


Sources: 

BreakingNews.ie (02/12/2018)