Indiana : Blocage de la loi interdisant les avortements d’enfants porteurs de trisomie 21



Après le Dakota du Nord, l’Indiana a interdit au mois de mars l’avortement motivé par une malformation génétique de l’enfant comme la trisomie 21 (cf. L'Indiana est le deuxième état des Etats Unis à interdire l'avortement des enfants porteurs de trisomie 21 ). Quelques jours plus tard, l’Amercian Civil Liberties Union (ACLU) et le Planning familial américain de l’Indiana et du Kentucky ont attaqué en justice l’Etat de l’Indiana au motif que cette loi «est  inconstitutionnelle » et ne « respecte pas les femmes » (cf. Indiana : La réplique des promoteurs de l’avortement contre la nouvelle loi ).

 

Le 30 juin, le juge fédéral Tanya Walton Pratt a bloqué cette loi qui devait entrer en vigueur aujourd’hui. « La Cour suprême des États-Unis a déclaré en termes catégoriques que l'Etat ne peut pas interdire à une femme de prendre la décision ultime de mettre fin à sa grossesse», a déclaré le juge Pratt, faisant référence à la décision du début de semaine de la Cour Suprême (cf. États-Unis : La Cour suprême rejette une loi texane limitant l'avortement).

 

Le bureau du procureur de l’Indiana a déclaré qu’il examinerait la décision du juge fédéral avant de faire appel. « Bien que déçu de la décision d'aujourd'hui, le gouverneur Pence reste ferme dans son soutien à l'enfant à naître, et en particulier aux personnes handicapées », a déclaré Kara Brooks, porte-parole du gouverneur. « Le gouverneur continuera de défendre le caractère sacré de la vie humaine à tous les stades ».


Sources: 

Reuters, Justin Madden (30/06/2016)