France : Nombre de naissances et taux de fécondité toujours en baisse



L’Insee a rendu public mardi son bilan démographique annuel : « avec plus de 67 millions d’habitants au 1er janvier, la population continue de progresser en France mais à un rythme moins soutenu, en raison notamment d’une nouvelle baisse de la fécondité et d’une augmentation des décès ».

 

La natalité baisse, comme en 2015 et 2016 : 767 000 bébés ont vu le jour en 2017, 17 000 de moins que l’année précédente. La fécondité des femmes françaises diminue également pour atteindre 1,88 enfant par femme[1]. Et sans surprise, l’âge moyen à la maternité continue de croître pour atteindre 30,6 ans en 2017. En parallèle, le nombre de décès augmente - 603 000 personnes sont mortes en 2017, et la population française vieillit, les plus de 65 ans représentant 19,6% de la population au 1er janvier 2018. Le bilan démographie fait également état d’une réduction de l’écart entre l’espérance de vie des femmes (85,3 ans) et des celle des hommes (79,5 ans), et recense 228 000 mariages en 2017 dont 7000 de couples de même sexe.

 

Pour Gérard-François Dumont, professeur de démographie à l’université Paris-Sorbonne, « les évolutions de la natalité depuis quarante ans suivent celles de la politique familiale. Les effets des mesures prises depuis 2012 ont commencé à se faire sentir en 2016 et cela s’aggrave en 2017. (…) Les difficultés à concilier vie familiale et vie professionnelle sont plus grandes ». Concernant le taux de fécondité, « il n’existe pas de modèle explicatif, explique Laurent Chalard, géographe de la population à l’université Paris Sorbonne. « [Les variations] résultent de décisions personnelles et sont liées aux évolutions des mentalités ». Toutefois, si le taux de fécondité est en baisse, il reste « l’un des plus forts d’Europe ».

 

Bilans précédents:

 

 

[1] Cette diminution « s’explique principalement par une baisse de la fécondité des femmes de 25 à 34 ans, les plus fécondes, qui n’est plus compensée par la fécondité des femmes de plus de 35 ans, restée stable ».


Sources: 

Le Figaro, Agnès Leclair (16/01/2018); Le Monde, Gaëlle Dupont (16/01/2018)