Ethik IA, une initiative pour garantir un regard humain sur les algorithmes en santé



Une initiative citoyenne et académique française a vu le jour, Ethik-IA, dans le but de « proposer une série d’outils et de notes de cadrage pour garantir un regard humain sur les algorithmes en santé ». Portée par des chercheurs de diverses disciplines, Ethik-IA veut « dépasser le débat entre surprotection et dérèglementation » et proposer une troisième voie, en profitant de la révision de la loi de bioéthique pour avancer sur le sujet. « Le temps est contraint. Si nous ne déployons pas un cadre en France, les standards des autres pays sur l’IA nous seront imposés », explique David Gruson, de la chaire santé Sciences Po Paris. La création d’une fondation de coopération scientifique est également en projet, pour porter le débat sur la régulation de l’IA et la robotisation en santé. Elle se trouve en bonne place dans le rapport du député Cédric Villani (cf. France : un nouveau rapport sur l’intelligence artificielle en prévision).

 

Trois axes de travail sont définis pour 2018 : poursuivre le « travail de sensibilisation sur les opportunités de régulation de l’IA auprès des professionnels du sanitaire et médico-social » ; proposer des outils de ‘régulation positive’ de l’IA en France, en établissant « des grands principes clairs », mais « assez ouverts pour favoriser le développement de l’innovation » ; et enfin, s’attaquer au chantier des ressources humaines car l’IA en santé va transformer tous les métiers, pas uniquement ceux de radiologue ou de médecin.

 

En ce qui concerne le cadre, Ethik IA « promeut la nécessité d’un regard humain sur les algorithmes utilisés lors de la prise en charge ». Elle souhaite renforcer le rôle des personnes de confiance et des associations d’usagers face aux « risques vertigineux » suscités par « les pourcentages de résultats promis par l’IA », en début et fin de vie notamment.


Sources: 

Hospimedia, Jérome Robillard (19/01/2018)