Enquête : une femme sur six regrette d'avoir eu recours à la conservation de ses ovocytes



Une étude récente suggère qu’une femme sur six regrette d’avoir eu recours à la cryoconservation de ses ovocytes pour préserver sa fertilité et retarder l’âge de la procréation. Alors que la technique se développe, favorisée par les entreprises de la baie de San Francisco, « nous avons voulu prendre du recul pour comprendre l’impact de cette technique sur la trajectoire de la vie des femmes », a déclaré Eleni Greenwood, professeur en obstétrique, gynécologie et sciences reproductives à l’Université de San Francisco.

 

L’étude a été menée entre 2012 et 2016  auprès de femmes ayant subi la procédure deux ans auparavant, qui n’étaient pas concernées par le traitement d’un cancer nécessitant une autoconservation des ovocytes. Sur les 49% de femmes qui ont exprimé des remords, 16% d'entre elles formulent des regrets modérés à sévères. Seules 6% des femmes interrogées avaient utilisé leurs ovocytes pour essayer de concevoir un enfant, et les chercheurs estiment que les regrets ne peuvent être liés à l’échec de la mise en œuvre d’une PMA.

 

En tout état de causes, il apparait que les motifs de ces regrets ne sont pas clairs pour les chercheurs, mais pour le Pr Eleni Greenwood : « La congélation des ovules implique plus, pour de nombreuses femmes, qu’une transaction en vue de s’assurer une grossesse future ».

 

Pour aller plus loin :

Congélation des ovocytes : des gynécologues contournent la loi

L’Académie de médecine favorable à la conservation des ovocytes pour toutes

PMA pour toutes : Le laisser-aller du CCNE vers des corps instrumentalisés


Sources: 

Medical Press (18/05/2018)