En France, l'œil bionique Argus II permet de recouvrer une "vision pixélisée"



D’après le laboratoire Second Sight, l’œil bionique Argus II, réservé aux adultes souffrant d’une rétinite pigmentaire, a déjà été implanté chez 19 patients, et « 15 peuvent encore en bénéficier ».

 

Le dispositif comporte des lunettes dotées d’une caméra qui filme et envoie les images vers un boîtier fixé à la ceinture du patient. Les données sont traitées et renvoyées vers un émetteur installé dans les lunettes qui, lui, va convertir les données en messages électriques pour qu’ils soient ensuite interprétés par la prothèse rétinienne directement accolée à l’œil. Le nerf optique permet alors au patient de percevoir les nouvelles informations visuelles : des formes lumineuses qu’il doit apprendre à reconnaître.

 

L’œil bionique a entre autres été proposé à Charlotte, une Toulousaine de 32 ans. Depuis une vingtaine d’années, elle est « atteinte d’une rétinite pigmentaire, une dégénérescence des cellules de la rétine qui entraîne peu à peu la perte de la vue ». Charlotte explique : « On m’a proposé un système de prothèse rétinienne appelé Argus II, et j’ai refusé car malgré ce que l’on pourrait penser, je vivais très bien comme cela ». Après discussion avec ses proches, la jeune femme finit par accepter. Depuis l’opération et l’implantation de sa prothèse, Charlotte a recouvré une vision très pixélisée en noir et blanc. A l’issu d’une longue rééducation visuelle, elle peut cependant de distinguer les formes : une silhouette, une porte ou des objets posés sur une table et être autonome en extérieur : passages piétons, poteaux…

 

Bien que le boîtier ne possède que 3 ou 4 heures d’autonomie. Pour Charlotte, « cela reste suffisant car le système demande beaucoup de concentration et de vigilance » dans la mesure où l’angle de vue est très réduit et la vision assez imprécise.

 

Note Gènéthique :

En 2015, la prothèse Argus II avait déjà été proposée et implantée chez un patient de 80 ans atteint de dégénérescence maculaire liée à l’âge (cf. Un œil bionique pour pallier la dégénérescence maculaire liée à l'âge).


Sources: 

Sciences et avenir, Lise Loumé (06/09/2017)