En Chine, vers la mise en place d’une politique nataliste ?



Après quarante ans de politique de l’enfant unique, la Chine travaille à l’élaboration d’un nouveau Code Civil qui ne devrait plus faire aucune référence au « contrôle des naissances ». Après son adoption en 2020 par l’Assemblée nationale, tous les couples chinois seront en mesure de concevoir le nombre d’enfants qu’ils souhaitent.

 

Face au vieillissement de la population, les autorités chinoises avaient assoupli la loi en 2015 en autorisant les couples à avoir un deuxième enfant, et en favorisant la natalité : la contraception n’est plus obligatoire, le congé maternité est passé de 98 à 128 jours, le congé paternité est passé de 5 à 15 jours… Malgré ces assouplissements, la natalité n’a pas augmenté autant que le gouvernement l’espérait.  

 

D’après les démographes, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait atteindre 487 millions de personnes en 2020, soit 35 % de la population contre 241 millions fin 2017. La population en âge de travailler devrait chuter de près de 5,5 millions par rapport à l’an dernier et pour la sixième année consécutive.

 

Isabelle Attané, démographe et sinologue à l’Institut National d’Etudes Démographiques (Ined), explique « qu’il est clair que la politique de l’enfant unique lancée en 1979 est un échec et prendre des mesures drastiques serait pour le gouvernement un aveu de culpabilité qu’il ne peut admettre, donc je pense que les mesures progressives qu’il prend depuis plusieurs années visent bien à assouplir le contrôle des naissances, mais j’irai bien plus loin que cela : la Chine va clairement se lancer, à terme, dans une politique nataliste ».

 

Yi Fuxian, expert de la politique de natalité de la Chine à l’Université du Wisconsin à Madison, souligne que « certaines administrations ne sont déjà plus en mesure de verser des retraites ».

 

En 2015, le taux de fertilité de la Chine était de 1,05, le plus bas du monde. De plus, à cause de la préférence culturelle des familles pour les garçons, la Chine a aussi 30 millions d’hommes « en trop »,  qui ne trouveront pas de partenaire et n’auront pas d’enfants.

 

«La politique de l’enfant unique a modifié les attitudes face à la natalité », pense Yi Fuxian, « avoir un seul enfant – voire pas de descendance du tout – est désormais devenu la norme en Chine ». La vie économique, de la taille des appartements au prix des écoles privées, est orientée autour des besoins d’une famille de trois personnes. « Beaucoup de parents ne peuvent pas se payer un second enfant, surtout en ville », explique Xiaoyuan Shang, spécialiste des politiques sociales de la Chine à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie.

 

Pour aller plus loin :

Chine : 23 millions d’avortements comptabilisés en 2015

Chine : la GPA pour revitaliser la natalité ?

Plus de 63 000 avortements par jour en Chine

 


Sources: 

La Croix, Dorian Malovic (30/08/2018) La chine vieillissante libère la natalité

Le Temps, Julie Zaugg (29/08/2018) Pékin pousse ses citoyens à faire plus de bébés