En Australie, une femme est autorisée à utilitser le sperme d'un donneur sans l'accord de son mari



Dans l’Etat de Victoria en Australie, la justice fédérale a accordé à une femme de 45 ans de pouvoir utiliser le sperme d’un donneur dans le cadre d’une fécondation in vitro, sans l’accord de son mari.

 

La femme serait mariée mais séparée depuis la fin de l’année dernière et elle a déclaré que le mariage était irrévocablement brisé. Sous la loi australienne, le divorce n’est accordé qu’après 12 mois de séparation et, selon la loi, l’accord du conjoint est requis pour mettre en œuvre une PMA.

 

La femme s’est engagée à faire féconder ses ovocytes avec le sperme d’un donneur, plutôt qu’avec celui de son mari, afin qu’il ne soit pas reconnu comme père et qu’il n’ait aucune responsabilité parentale vis-à-vis de l’enfant.

 

Le juge John Griffiths du tribunal fédéral a ordonné que la femme puisse subir une FIV sans le consentement de son mari. Il a considéré que la loi sur le traitement de procréation assistée était discriminatoire à son égard en raison de son état civil.

 

« Une femme séparée devrait pouvoir prendre ses propres décisions concernant les traitement par FIV. Il est absurde de lui demander d’obtenir l’autorisation de son ex-mari lorsqu'un donneur de sperme est utilisé », a déclaré un porte-parole des avocats de la quadragénaire.


Sources: 

Bioedge, Michael Cook (21/09/2018)