Donneurs d’organes décédés par overdose : quel risque ?



Aux Etats-Unis, le nombre de décès post-overdose est de plus en plus important[1]. Ce sont des sujets jeunes et souvent d’accord pour faire don de leurs organes aussi, leurs décès semblent être une des solutions qui permettraient de faire face à la pénurie d’organes observée aux Etats-Unis. Depuis 2000, le nombre de transplantation effectuées « grâce à » un décès par overdose a été multiplié par 24. La question de la viabilité de ces organes IRD (increased-infectious risk en anglais, c’est-à-dire « à risque infectieux accru ») se pose vraiment.

 

Des chercheurs de l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins ont utilisé les données du Registre scientifique des receveurs de greffe, pour une étude publiée dans Annals of Internal Medicine[2]. Ils ont analysé les transplantations de 138 565 donneurs décédés d’overdose entre 2000 et 2017 vers 337 934 receveurs.

 

  • En 2000, seulement 1 % des greffes venaient des patients décédés d’overdose, contre 13 % en 2017.
  • Les patients greffés ont la même mortalité quelle que soit l’origine de leur greffon.
  • Les donneurs décédés d’overdose sont moins nombreux à souffrir d'hypertension, de diabète ou d'infarctus du myocarde antérieur.
  • Une plus grande proportion d’entre eux se propose comme donneur.
  • En revanche leurs organes sont rejetés à un taux plus élevé pour cause de VIH, Hépatite B ou Hépatite C, et ils présentent des taux de créatinine légèrement plus élevés.
  • 56 % des organes issus de donneurs décédés par overdose sont des organes à risque infectieux accru (IRD), soit deux fois plus que chez les autres donneurs.

 

L’étude précise cependant que même avec ces organes IRD, le « le risque réel d'infection (…) est extrêmement faible » et que « les petits risques potentiels attribuables au statut de l'IRD et du VHC[3] doivent être soigneusement évalués par rapport au bénéfice que ces organes peuvent apporter aux candidats à la transplantation ».

 

Pour aller plus loin :

Canada : Les décès par overdose augmentent, les dons d'organes aussi

 

[1] Aux Etats-Unis, le nombre des transplantations d’organes en croissance et New Hampshire : un nombre croissant de donneurs d'organes morts d'une overdose.

[2] http://annals.org/aim/article/doi/10.7326/M17-2451

[3] Hépatite C.


Sources: 

Medical Press, American College of Physicians (16/04/2018)