Des élus irlandais et britanniques réclament la dépénalisation de l'avortement en Irlande du Nord



Suite au vote irlandais en faveur de la dépénalisation de l’avortement, l’Irlande du Nord devient la seule province du Royaume-Uni à interdire l’avortement. Celui-ci n’est autorisé qu’ « en cas de danger mortel pour la mère et de mort assurée du fœtus ou de l’enfant immédiatement après sa naissance ».

 

Shami Chakrabarti, représentante travailliste à la chambre des Lords, a interpellé mardi le Premier Ministre via le Daily Mirror : « Nous appelons Madame May, une féministe autoproclamée, à négocier avec les partis en Irlande du Nord et à légiférer sans délai ». Mary Lou McDonald et Michelle O’Neill, dirigeantes du Sinn Féin[1] pour la république d’Irlande et l’Irlande du Nord, ont fait une apparition samedi dernier avec des pancartes « The North is next », « le Nord est le prochain », espérant ainsi « secouer la politique du Royaume-Uni ».

 

En réalité, la législation de l’Irlande du Nord sur l’avortement dépend uniquement de Belfast. « Le référendum de vendredi n’a pas d’impact sur la loi en Irlande du Nord, mais nous prenons note des questions qui impactent notre plus proche voisin » a rapidement fait savoir le DUP, premier parti unioniste d’Irlande du Nord et allié des conservateurs de Theresa May.

 

De son côté en Irlande, le ministre de la Santé, Simon Harris, essaye d’accélérer le mouvement pour « respecter la volonté du peuple ». Le projet de loi autorisant l’avortement devrait être prêt avant l’été, pour une adoption « au plus tard en octobre ».

 

[1] Le Sinn Féin est un parti politique républicain actif en Irlande et en Irlande du Nord. Il s'agit du deuxième parti politique d'Irlande du Nord.


Sources: 

La Croix, Tristan de Bourbon (29/05/2018)