Déclin de la natalité : "La Norvège a besoin de plus d'enfants !"



« La Norvège a besoin de plus d'enfants ! Je ne crois pas avoir besoin de vous faire un dessin », a déclaré la Première ministre norvégienne, le 17 janvier 2019. En 2017, le taux de fécondité a atteint un seuil historique avec « entre 1,49 et 1,71 enfant par femme », alors que ce taux  « frôlait le niveau requis (2,1) pour le renouvellement des générations », quelques années plus tôt.

 

Trude Lappegård, sociologue à l'université d'Oslo a observé que, « dans tous les pays nordiques, [le taux de natalité] a commencé à baisser dans les années ayant suivi la crise financière de 2008 ». Le constat est le même dans l’ensemble de ces pays : « les familles nombreuses sont moins... nombreuses, et les femmes attendent plus longtemps avant la première grossesse ». « Le nombre d'adultes sans enfant augmente rapidement et celui de femmes en ayant trois, quatre ou plus baisse. Un tel recul est sans précédent à l'époque moderne en Finlande », a alerté Anna Rotkirch, sociologue dans une organisation œuvrant auprès des familles.

 

Les solutions proposées diffèrent selon les économistes et politiciens. Certaines municipalités finlandaises ont choisi de récompenser les naissances. C’est le cas de la ville de Miehikkälä, qui offre « 10 000 euros pour chaque bébé né et élevé dans la commune ». Au Danemark, Copenhague a prévu d’organiser une « campagne de sensibilisation » sur le déclin de la fertilité masculine.

 

Enfin, ces Etats ont entrepris depuis plusieurs générations une politique en faveur de l’immigration afin de pallier le manque de main d’œuvre. La Suède, qui occupe la deuxième place de l'Union Européenne en matière de fécondité, derrière la France avec 1,85 enfant par femme en 2016, le « doit en grande partie aux immigrés, qui font généralement plus d'enfants que la moyenne ». Ola Gustafsson, responsable municipal, prend l’exemple de la ville d’Aneby qui « a reçu environ 225 Érythréens au tournant des années 1990 et, aussitôt après, des réfugiés des Balkans. 1994 a été un record démographique pour la commune ». Le recours à l'immigration « nourrit aussi les craintes ».

 

Pour aller plus loin :

Un déclin continu de la natalité française en 2018

USA : la chute du taux de natalité se poursuit


Sources: 

AFP (17/01/19)