Débordée par l’épidémie, New-York recourt aux fosses communes



« En raison de la forte mortalité liée à la pandémie, les morgues de New York sont débordées et ne peuvent pas entreposer tous les corps ». Aussi, « ceux qui ne sont pas réclamés au bout de 14 jours sont enterrés dans des fosses communes ».

 

Hart Island, « ″l’île aux morts″ au nord de Manhattan », reçoit « deux douzaines de cercueils cinq jours sur sept », contre « une vingtaine de cercueils » pour une « semaine typique » avant l’épidémie. « Depuis de XIXe siècle, les autorités y enterrent les morts de New York sans famille, amis, ou tout simplement impossible à identifier. » Mais récemment, « le nombre a tellement augmenté que deux nouvelles tranchées ont dû être creusées ». Cependant, « à la question de savoir si ce soudain afflux était dû aux morts du coronavirus, les responsables de la mairie de New York n’ont pas voulu répondre, estimant qu’il leur faudrait rechercher la cause de ces décès avant de confirmer cette théorie ».

 

« La ville déplore plus de 5 200 décès depuis le début de la pandémie et 87 000 cas. »


Sources: 

Valeurs actuelles (10/04/2020) – Huffington Post, Matthieu Balu (10/04/2020)