Dans l’Arizona, en cas de divorce, une loi doit donner un destin aux embryons congelés



En Arizona, les sénateurs de l’Etats ont voté jeudi dernier pour exiger que les embryons congelés soient donnés au parent qui promet de les utiliser pour donner naissance à un bébé, même si l'autre parent s'y oppose.

 

Les juges traitant des affaires de divorce ne seront plus dans l’obligation de décider qui obtiendra les embryons. Les contrats où les couples s’accordent sur ce qui leur arriverait en cas de divorce, à une période où les deux parties s’entendent, seront rendus caduques.

 

Opposé à cette loi, le sénateur Steve Farley a estimé qu’il ne s’agissait pas seulement, pour un des conjoint, de devenir parent biologique d'un enfant non désiré. Un homme pourrait voir son ex-femme donner naissance à de multiples enfants biologiquement dont il serait le père biologique. Et inversement, une ex-épouse regarder la nouvelle petite amie de son ex-mari donner naissance à son enfant biologique.

 

La sénatrice Nacy Barto a estimé que la nécessité d'une législation va au-delà des droits de l'ex-conjoint de ne pas être un parent. Elle doit non seulement « rendre justice à une situation mais aussi à la vie d'embryons congelés qui méritent un bon parent ».

 

La mesure nécessite un vote par appel nominal avant d'être transmis à la Chambre.


Sources: 

Daily Sun, Howard Fischer (23/02/2018)