Covid-19 : des patients incités par leur médecin à signer un formulaire « ne pas réanimer »



Le NHS[1] a présenté des excuses après qu'un cabinet du Pays de Galles a recommandé à ses patients « atteints de maladies graves » de remplir un « formulaire "ne pas réanimer" » au cas où leur santé se détériorerait après avoir été contaminé par le coronavirus. Le but du cabinet Llynfi visait à « s'assurer que les services d'urgence ne seraient pas appelés si [ces patients] avaient contracté le Covid-19 et que leur santé se détériorait ».

 

La lettre « très difficile à écrire » selon les termes utilisés, rappelait que « les personnes atteintes de maladies telles qu’un cancer incurable, une maladie neuro-dégénérative ou une fibrose pulmonaire étaient beaucoup plus à risque ». Puis invitait à remplir un formulaire "ne pas réanimer", en exposant les « avantages » : « 1/ votre médecin généraliste et, plus important encore, vos amis et votre famille sauront qu'il ne faut pas appeler le 999[2]. 2/ les ressources des ambulances, qui sont limitées, peuvent être ciblées sur les jeunes et les personnes en bonne santé qui ont plus de chances ». Mentionnant le risque très élevé de contamination, mettre en place ce formulaire permettrait de « protéger » sa famille et les urgentistes selon le courrier.

 

Ajoutant que « dans une "situation idéale", les médecins auraient eu cette conversation en personne avec les patients vulnérables », le cabinet explique leur avoir écrit de peur « qu'ils soient porteurs du virus et qu'ils soient asymptomatiques ». Il affirme « nous ne vous abandonnerons pas », « mais nous devons être francs et réalistes ».

 

Le cabinet s’est finalement excusé après avoir été informé que cette lettre avait bouleversé certains patients.

 

Au Royaume-Uni, les médecins doivent consulter les patients ou leur famille avant de prendre une décision de ne pas réanimer, « s’ils estiment que la réanimation ne sera pas efficace ou qu’elle entrainera des complications encore plus douloureuses ». « Les familles peuvent demander un deuxième avis, mais la décision appartient en dernier ressort à un médecin ».

 

 

Pour aller plus loin :

Un appel pour que soit "respecté ce droit fondamental à être un homme jusqu’au bout de sa vie"

Le "tri des patients" en cours en Ile-de-France, des soignants appellent à des mesures pour préserver les personnes âgées

Covid-19 : des choix éthiques cornéliens

 


[1] National Health Service.

[2] Numéro d’appel d’urgence au Royaume-Uni.


Sources: 

The Guardian, Mattha Busby (31/03/2020)