Comité Handicap de l’ONU : la sélection prénatale des bébés handicapés est discriminatoire


Dans une Observation Générale émanant du Comité des droits des personnes handicapées (CRPD) sur les principes d’égalité et de non-discrimination, le comité onusien en charge du handicap affirme : « Les Etats partis devraient tenir compte de la stigmatisation qui passe par des formes modernes de discrimination comme la politique de dépistage prénatal visant à sélectionner les enfants à naître sur la base du handicap, politique qui va à l’encontre de la reconnaissance de la valeur égale de chaque personne[1]. » (paragraphe 44 de l’Observation Générale; cf. Nations Unies : l’avortement en raison d'un handicap dénoncé).

 

Cette interpellation du Comité des droits des personnes handicapées fait écho à un autre document officiel issu du même comité onusien qui condamne les lois autorisant l’avortement pour raison de handicap.

 

Dans le même sens, le Comité des droits des personnes handicapées a reproché à la Grande-Bretagne « l’avortement sélectif sur la base d’une déficience du fœtus »[2].

 

Quelques mois après le début des mobilisations citoyennes Stop Discriminating DownDon’t Screen Us OutWe’re All Equal, l’ONU fait un pas vers l’égalité réelle entre les personnes sans et avec handicap.

 

 

[1]States parties should address stigmatization through modern forms of discrimination, such as a disability-selective antenatal screening policy that go against the recognition of the equal worth of every person.

[2] “Women’s rights to reproductive and sexual autonomy should be respected without legalizing selective abortion on the ground of fetal deficiency.” (cf. Concluding observations on the initial report of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland)