Clotilde Noël : les personnes porteuses de trisomie 21 "ont une capacité de bonheur bien plus grande"



« On pense encore trop souvent que le handicap implique une vie bousillée ». Dans son interview au Figaro, Clotilde Noël, mère de famille et fondatrice de l’association Tombée du Nid, fait voler en éclats les préjugés qui s’attachent à la trisomie 21 : « Nul ne souhaite y être confronté, mais derrière cette réalité, qui est un choc, il peut y avoir une vie de famille magnifique. Non seulement ces enfants ont une place, mais ils nous réveillent. Ils ont une capacité de bonheur beaucoup plus grande, n'ont pas de mécanisme de méchanceté, ils sont sensibles, spontanés, intelligents… Ils ont beaucoup à nous apprendre. »

 

Ses deux dernières filles ont été adoptées, Marie, trisomique, et Marie-Garance, poly-handicapée. Elle explique que celles-ci lui ont appris à « aimer plus profondément encore en tant que mère et épouse », car « en se cognant aux difficultés, on se remet en question, on réapprend tout : la différence, l'importance de vivre plus intensément et mieux une vie dont on voit la finitude, être dans l'émerveillement de l'instant et pas toujours dans l'après… »

 

Son message à chacun d’entre nous ? « On a tous une belle histoire d'amour à vivre. Il faut juste trouver le chemin, différent pour chacun ».

 

Pour aller plus loin :

Dépistage de la trisomie 21 : nous courons tête baissée le risque de la déshumanité

Trisomie 21 : quatre mamans témoignent de leur joie d'avoir un enfant différent