Chine : Des singes transgéniques au mépris de l’éthique ?



Des chercheurs chinois ont annoncé avoir donné naissance à onze singes transgéniques dont cinq ont survécu, dotés de copies d’un gène humain supposé jouer un rôle dans le développement de l’intelligence humaine. Bing Su, généticien qui a dirigé les recherches explique avoir voulu « tenter de comprendre l’évolution de la cognition humaine ».

 

Selon les observations des chercheurs, « les singes transgéniques ont mieux réussi un test de mémoire »  à court terme, « et leur cerveau a mis plus de temps à se développer, de façon similaire à celui des humains ». Aucune différence de taille du cerveau n’a été constatée. Des résultats « encore loin de révéler les secrets de l’esprit humain ».

 

Ces expériences, révélées le 27 mars, ont été qualifiées de « téméraires » et plusieurs scientifiques occidentaux « ont mis en doute l’éthique de la modification génétiques des primates », s’inquiétant du « mépris des animaux » et des dérives qui pourraient survenir. Mais pour Bing Su, le génome des singes présente des dizaines de millions de différences avec le génome humain, ce qui rend impossible leur humanisation par l’introduction de « seulement » quelques gènes humains. Martin Styner, américain qui figure parmi les coauteurs, estime après coup que « ce n’est pas la bonne direction » : « Nous avons créé cet animal qui est différent de ce qu'il est censé être. Lorsque nous faisons des expériences, nous devons bien comprendre ce que nous essayons de découvrir, nous devons aider la société, et ce n'est pas le cas ici ». En outre, avec cinq singes génétiquement modifié, il est difficile de tirer des conclusions définitives. Toutefois, Bing Su a annoncé poursuivre ses recherches.


Sources: 

MIT, Antonio Regalado (10/04/2019)