Cellules souches : des attentes démesurées conduisent à des scandales



Aux Etats-Unis, trois femmes de 72, 78 et 88 ans ont perdu la vue après avoir subi en 2015 des injections de cellules souches dans les yeux pour soigner leur DMLA, « une perte progressive et irréversible de la vision ». Les injections « ont eu lieu dans le cadre d’une pseudo-étude, non approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) dans une clinique de Floride, US Stem Cell ».

 

Cette affaire remet sur le devant de la scène des pratiques controversées mais courantes aux Etats-Unis : des « cliniques cellules-souches » qui traitent des patientes « sans preuve d’efficacité et avec une mauvaise supervision, en promettant des miracles ».  Dans le cas dénoncé récemment, la pseudo-étude était enregistrée sur le site ClinicalTrials.gov, mais des indices auraient pu alerter les patientes : elles ont dû payer 5000 dollars pour l’intervention, et les cellules souches, issues de leur tissu adipeux, ont été injectées dans les deux yeux en même temps « ce qui est une procédure rare et risquée ». De fait, un an après l’injection, « leur vision était bien plus dégradée que ce qu’elle aurait été après un an de DMLA avec un traitement classique ».

 

La FDA a réitéré sa mise en garde contre « les cliniques cellules souches », tout en dénonçant « des croyances sans preuves scientifiques concernant les cellules souches ». Par exemple, « l’idée selon laquelle les cellules souches délivrées dans une zone donnée vont automatiquement se différencier de manière à réparer les zones lésées ». Ils « pointent du doigts des attentes démesurées » vis-à-vis des cellules souches.


Sources: 

Le Quotidien du Médecin, Camille Van Belle (16/03/2017)